Mes livres d’Octobre

Bonne année 2020 à tous !

Plus que 3 articles et j’aurais fini de chroniques TOUTES mes lectures de 2019 ! En octobre dernier j’ai lu deux romans d’auteurs que j’adore (Madeline Miller et Robin Hobbs), j’ai relu un classique anglais et j’ai fait de très belles découvertes en audiobook !

Le paradis blanc (The great alone) de Kristin Hannah (4/5)

Résumé : Ernt Allbright, ancien soldat au Vietnam n’est plus le même depuis la guerre. Après de multiples petits boulot et déménagements, il décide de partir avec sa femme Cora et sa fille Leni s’installer à l’extrême nord des Etats Unis. Ce déménagement est l’occasion pour lui et sa famille de redémarrer à zéro. Ils s’installent dans une véritable cabane (sans eau ni électricité) et rejoigne une petite communauté soudée. Leni, treize ans rêve d’un endroit où s’installer pour de bon. Sa mère, Cora ferait n’importe quoi pour l’homme qu’elle aime y compris le suivre en plein inconnu.

Au début l’Alaska apparait comme la réponse à leurs problèmes, plus proches de la nature, entourés de voisins toujours prêts à aider.

Mais alors que l’hiver approche et que les jours raccourcissent, les anciens démons de Ernt reviennent. Son état psychologique empire et l’équilibre de la famille bascule. Dans leur petite cabane isolée par la neige, Leni et sa mère comprennent qu’elles ne peuvent compter que sur elles-même.

Mon avis : J’ai été fasciné par la vie dans cette petite communauté qui vit isolée du reste du monde, quasiment en autarcie. Les personnages secondaires (voisins et amis des Allbright) sont tous attachants. A chaque fois que je lis ce genre de récit je me pose la question : en serais-je capable ? Le fait d’écouter plutôt que de lire ce roman m’a vraiment transporté en Alaska avec Leni.

Mais ce roman est surtout marquant car il traite d’un sujet difficile, une histoire de famille avec un père abusif et violent. Au sein d’une histoire de survie dans la nature on découvre un deuxième récit de survie, au sein d’un environnement familial cette fois.

Pour être honnête j’ai un peu moins aimé la dernière partie du roman. Sans trop en révélé j’ai trouvé que l’auteur va beaucoup trop vite et la fin est presque trop facile. Une fin ouverte aurait été plus satisfaisante (je suis vraiment rabat-joie !)

Au coeur de Bornéo de Redmond O’Hanlon (3/5)

Résumé : Mélange de savant Cosinus et d’Indiana Jones, un naturaliste s’enfonce dans la jungle de Bornéo en compagnie du poète James Fenton et d’un groupe de Dayaks. Son but : une chaîne de montagnes inexplorées où se cacherait un mystérieux rhinocéros.

Pleins d’enthousiasme, nos explorateurs ont cependant négligé un détail : cette région est l’une des plus hostiles du globe. Insectes voraces, serpents venimeux et rapides infranchissables deviennent leurs distractions quotidiennes. Quant aux Dayaks, doués d’une résistance à toute épreuve et d’un humour dévastateur, ils vont donner à cette épopée l’allure d’un récit picaresque.

Mon avis : Petite déception pour ce roman que j’avais dans ma PAL depuis des années.

J’aime énormément voyager et découvrir de nouvelles cultures, je glisse donc régulièrement dans mes lectures des romans d’aventure. Le pitch de ce roman me plaisait bien : deux anglais pas vraiment téméraires s’aventurent dans la jungle sauvage de Bornéo. A défaut d’être de vrais explorateurs, les deux amis ont un talent incroyable pour se mettre dans des situations loufoques, le tout raconté avec un humour anglais très pince sans rire. J’ai trouvé ce récit sympa mais sans plus.

Le chant d’Achille (Song of Achilles) de Madeline Miller (4/5)

Résumé : Ce ne sont encore que des enfants : Patrocle est aussi chétif et maladroit qu’Achille est solaire, puissant, promis par sa déesse de mère à la gloire des immortels. En grandissant côte à côte, l’amitié surgit entre ces deux êtres si dissemblables. Indéfectible.
Quand, à l’appel du roi Agamemnon, les deux jeunes princes se joignent au siège de Troie, la sagesse de l’un et la colère de l’autre pourraient bien faire dévier le cours de la guerre… Au risque de faire mentir l’Olympe et ses oracles.

Mon avis : Après mon énorme coup de coeur pour Circe, je me suis plongée dans l’histoire d’Achille racontée par la talentueuse Madeline Miller.

L’auteure ramène à la vie un des héros grec les plus connus, Achille. Son histoire nous est racontée à travers les yeux de son meilleur ami (et amant), Patrocle. Le roman commence avec l’enfance solitaire de Patrocle, sa raconte avec Achille et leur amitié qui évoluera en un amour. Après une adolescente bienheureuse auprès de Chiron, le Centaure, le destin d’Achille le rattrape. Achille et Patrocle rejoignent la guerre de Troie auprès d’Agamemnon et d’Ulysse. Le personnage d’Achille prend alors toute sa dimension héroïque.

La fin inéluctable qui guette nos héros ne retire rien au rythme haletant du récit mais rend au contraire l’histoire à la fois belle et triste.

Madeline Miller insuffle vie et modernité à une histoire vieille comme la terre. Son Achille n’est pas seulement le demi-dieu lointain et quasi invulnérable que l’on connait, mais un jeune homme ardent et fier. Et c’est tout l’attachement qu’il porte à Patrocle qui fait de lui un être sensible et terriblement faillible…

Becoming de Michelle Obama (5/5)

Je vous ai déjà parlé de Becoming dans mon article sur mes 5 audiobooks préférés.

Le gros plus de cette version audio en anglais est que la narratrice est Michel herself ! Si tout le monde n’est pas né avec des qualités d’orateur, Michele Obama est parfaite. Par ailleurs cela ajoute une dimension très personnelle au livre, notamment lorsqu’on entend sa voix de serrer à certains passages du livre.

Ce qui est étrange c’est que je ne lis jamais d’autobiographie et très peu de biographe de manière générale. Comme beaucoup j’ai suivi avec attention les deux mandats de Barack Obama (j’habitais même aux USA lors de sa toute première année de mandat) et j’ai toujours été impressionnée par l’élégance et l’intelligence de Michele Obama. De pouvoir entendre sa version de l’Histoire est passionnant, surtout quand cette Histoire est encore très fraiche.

Si Michele et moi n’avons a priori pas grand chose en commun, beaucoup de passages m’ont parlé personnellement (son rapport à son premier emploi, ses valeurs, son féminisme), faisant presque de ce livre un livre de développement personnel (et pourtant je déteste ce terme) !

L’histoire commence avec l’enfance de Michele dans un quartier difficile de Chicago et se termine à la fin du second mandat de Barack Obama. A travers ces quelques cinquante années d’histoire personnelle, Michele nous donne bien plus qu’un aperçu de la vie de First Lady.

The mad ship de Robin Hobb

Résumé : Je vous ai parlé de mon coup de coeur pour Ship of Magic lu cet été. « The Mad Ship » est le deuxième volet de cette trilogie (en français : « les aventuriers de la mer »)

Kyle, désormais aux commandes de la Vivacia, la vivenef récemment éveillée de la famille Vestrit, a décidé de l’utiliser pour transporter des esclaves. Et son impérieuse volonté ne saurait souffrir la moindre opposition. Son épouse Keffria en vient même à douter de son mari quand il veut débaucher leur fille Malta, et obliger leur fils Hiemain à travailler à bord de l’embarcation et à abandonner l’apprentissage qui le destinait à la carrière de prêtre de Sa. Sa belle-sœur Althea, elle, se fait de son côté passer pour un jeune homme et se démène sur le Moissonneur, un navire abattoir. Elle doit prouver à Kyle qu’elle est un véritable marin pour récupérer la Vivacia..

Mon avis : Je suis toujours sous le charme de cette aventure. Dans ce deuxième tome les personnages principaux se développent et gagnent en profondeur. On redécouvre certains personages que l’on détestait gentiment dans le premier tome. C’est la magie de Robin Hobb de créer des personnages à la fois crédibles et complexes. Les femmes ont ici la part belle et qu’elles soient sur terre ou sur les mers, elles ne se laissent pas faire !

Un récit et un univers toujours aussi passionnant. J’ai hâte de m’attaquer au troisième et dernier tome tout en redoutant le moment où je terminerai cette saga !

Les dix petits nègres d’Agatha Christie (4/5)

Résumé : Dix personnes, qui n’ont aucun point commun entre elles, se retrouvent sur l’île du Nègre sous le prétexte d’invitations ou d’offres d’emplois : le général John Gordon Macarthur, Vera Elizabeth Claythorne, Emily Caroline Brent, le juge Lawrence Gordon Wargrave, Philip Lombard, le docteur Edward George Armstrong, William Henry Blore, Anthony James Marston, ainsi que le couple Thomas et Ethel Rogers. Isolés du continent, sous une tempête qui affecte l’île, leurs hôtes Mr et Mrs Owen restant mystérieusement absents, invités et domestiques se voient tous accusés de meurtre par une voix enregistrée. Anthony Marston, qui prend les accusations à la légère s’étouffe en buvant son whisky. Les personnes sont alors toutes tuées, les unes après les autres, à la manière des couplets d’une comptine qui parle de dix petits nègres, affichée dans chaque chambre. La dernière personne vivante, devenue folle, se pend.

Mon avis : Je n’avais pas relu ce livre culte depuis mon enfance et je n’en gardais qu’un vague souvenir. Cette (re)lecture fut absolument délicieuse. Après des années cela reste un chef d’oeuvre de la littérature policière. Je dois avouer que je n’étais pas complètement tranquille après avoir terminé ma lecture 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s