Mes livres de Juillet

Je suis encore une fois bien en retard dans mes compte-rendus de lecture… Je vais devoir me dépêcher si je veux me mettre à jour avant la fin de l’année 2019 !

Encore une fois mes lecture du mois de juillet dernier ont été très variées : science-fiction, polar, roman contemporain et historique, il y en a pour tous les goûts !

Une Education – Tara Westover (3,5/5)

Résumé : Tara Westover n’a jamais eu d’acte de naissance. Ni de dossier scolaire, car elle n’a jamais fréquenté une salle de classe. Pas dossier médical non plus, parce que son père ne croyait pas en la médecine, mais à la Fin des temps.
Enfant, elle a regardé son père mormon s’enfermer dans ses convictions, et son frère céder à la violence. Et, à seize ans, Tara décide de s’éduquer toute seule. Son combat pour la connaissance la mènera loin des montagnes de l’Idaho, au-delà des océans, d’un continent à l’autre, d’Harvard à Cambridge. C’est à ce moment seulement qu’elle se demande si elle n’est pas allée trop loin. Lui reste-t-il un moyen de renouer avec les siens ?
Une éducation est le récit d’une construction de soi, l’histoire d’une fidélité farouche envers la famille, et du chagrin dû à la rupture. Forte de la lucidité qui constitue la marque des grands auteurs, Tara Westover nous livre son expérience singulière : son combat pour entrer dans l’âge adulte grâce à une éducation qui lui a permis de poser un regard neuf sur la vie et donné la volonté de changer.

Mon avis : si les critiques sont assez unanimes il y a certains aspects de ce roman autobiographique qui m’ont légèrement dérangés. J’ai plusieurs fois senti que certains évènements ont été passé sous silence pour ne garder que ce qui servait le propos et le point de vue de l’auteur. J’ai du mal à croire qu’une fille sans éducation, élevée au milieu des montagnes a réussi à faire des études supérieures (les bourses ne peuvent pas tout couvrir) dans les universités les plus prestigieuses au monde. J’ai trouvé également que si cette famille nous ai vendu comme survivalistes, c’est une version plutôt moderne du survivalisme !  Certains évènements (notamment où des situations sont réglés par de l’argent) ne sont pas cohérentes avec la façon dont Tara Westover nous présente sa famille.

En revanche j’ai trouvé ce livre beaucoup plus intéressant dans son approche de la violence psychologique. Cela reste cependant un récit fascinant que j’ai dévoré même s’il m’a laissé avec beaucoup de questions non répondues.

Les contes de Beedle le Barde de J.K. Rowling (5/5)

J’ai terminé ma relecture de tous les tomes d’Harry Potter en juin. En bonus, j’ai terminé par la relecture des Contes de Beedle le Barde. J’aime toujours autant ce court livre de contes drôles et intelligents. J’aime aussi beaucoup les illustrations de J.K. Rowling herself !

Les furtifs d’Alain Damasio (3,5/5)

Résumé : Ils sont là, parmi nous, jamais où tu regardes, à circuler dans les angles morts de nos quotidiens. On les appelle les furtifs. Une légende ? Un fantasme ? Plutôt l’inverse : des êtres de chair et de sons, aux facultés inouïes de métamorphoses, qui nous ouvrent la possibilité précieuse, à nous autres humains, de renouer avec le vivant. En nous et hors de nous, sous toutes ses formes et de toutes nos forces.

Dans nos villes privatisées et sentientes, où rien ne se perd, ils restent les seuls à ne pas laisser de traces. Nous, les citoyens-clients, la bague au doigt, couvés par nos Intelligences Amies, nous tissons la soie de nos cocons numériques en travaillant à désigner un produit de très grande consommation : être soi. Dans ce capitalisme insidieux, à la misanthropie molle – féroce pour ceux qui s’en défient -, l’aliénation n’a même plus à être imposée, elle est devenue un « self-serf service ». Et tu penses y échapper ?

Mon avis : J’en ai déjà parlé plusieurs fois ici « La Horde du Contrevent » est un de mes livres préférés. J’attendais donc le nouveau livre d’Alain Damasio comme le Messi.

Nous sommes en 2041 dans une France où l’Etat à donné la main aux sociétés privées. La ville d’Orange a été rachetée par une multinationale qui la gère désormais à sa guise. La plupart des citoyens, la rétine greffée à leur AI personnelle, sont parfaitement satisfaits de ce système. Lorca, quarantenaire dévasté par la disparition de sa fille refuse de croire à sa mort et place tous ses espoirs dans une théorie folle : elle serait partie de son plein gré avec les Furtifs, des créatures dont on ignore la véritable nature mais qui vivraient à la lisière de notre regard, se cachant dans les coins et recoins inaccessibles de notre champ de vision.

Encore une fois Alain Damasio crée un univers extrêmement intéressant et intelligent. Là où la Horde nous sortait complètement de notre quotidien, le mode des Furtifs n’est pas si éloigné du notre… C’est ce que j’ai trouvé le plus intéressant dans ce roman, ce futur glaçant ultra individualiste et dirigé par des société privées. On n’est pas loin d’un épisode de Black Mirror.

J’ai malheureusement trouvé que cette fois-ci les idées politiques et philosophiques sont avancées de façon pas toujours très subtiles (longs monologues d’un personnages) et un peu fastidieuses. Et la forme, qui m’avait séduite dans la Horde (Alain Damasio est connu pour jouer avec les mots, détourner le langage), a rendu ma lecture un peu difficile à certains moments. Si vous ne connaissez pas encore Alain Damasio, commencez par la Horde du Contrevent, plus poétique et accessible.

Le soleil des rebelles de Luca Di Fulvio (3/5)

Résumé : Le jeune prince Marcus est encore un enfant lorsqu’il assiste impuissant au massacre de toute sa famille. Seul rescapé de cette boucherie ennemi héréditaire de la famille de Marcus qui va s’asseoir sur le trône, Marcus ne doit son salut qu’à la jeune Héloïse, fille d’Agnès, la lavandière du village qui l’accueillera sous son toit pour l’élever comme s’il était son fils.
Luca di Fulvio retrace l’ascension paradoxale d’un petit prince qui va devoir apprendre dans la douleur comment devenir un homme.

Mon avis : J’avais beaucoup aimé « Le gang des rêves » dont je vous avais parlé ici.

J’ai un peu moins aimé cette fresque historique même si cela reste une lecture agréable. Luca Di Fulvio est doué pour le romanesque avec des personnages confrontés à des

Même si on se doute dès le départ de l’issue de cette aventure, et que les personnages sont stéréotypés (les méchants sont très méchants et les gentils très gentils), la magie opère grace au talent de Luca Di Fulvio pour le romanesque. Les mécanismes sont les mêmes que dans le Gang des rêves : des héros qui vivent des revers de fortune ou de lourdes épreuves, doivent faire preuve de résilience et de volonté avant de prendre leur revanche après de multiples rebondissements.

Broken Harbour (la maison des absents) de Tana French (4/5)

Résumé : Broken Harbour, un lotissement fantôme à quelques encablures de Dublin : pas tout à fait terminé, pas tout à fait habité, une espèce de chantier laissé à l’abandon. Deux enfants et leur père sont morts. La mère est en soins intensifs. Mike Kennedy se voit attribuer l’affaire parce qu’il est l’as de la brigade criminelle. Et de prime abord, ça ne fait pas un pli : Patrick Spain, victime de la crise, a poignardé ses enfants, tenté de supprimer sa femme Jenny puis retourné l’arme contre lui. Mais trop d’incohérences s’accumulent, et les preuves pointent dans deux directions. Le plus étrange, c’est que cette enquête, censée se résoudre d’elle-même, rouvre chez sa sœur et lui une plaie ancienne : le drame survenu dans leur famille, un été, vingt ans plus tôt, au bord des falaises de Broken Harbour.

Mon avis : Je vous ai déjà parlé de mon amour pour les romans policiers de Tana French.

Encore une fois Tana French nous livre une enquête fascinante et a su créer des personnages à la fois humains et crédibles. Le personnage de Mike Kennedy est à la fois agaçant et sympathique. D’autant plus que cette enquête révèle des blessures de son passé. A travers ce roman, c’est l’Irlande de la crise qui nous apparait, le chômage et la recession venant directement impacter l’intimité familiale.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s