Lecture thématique #1 – Back to school

Je sais à quel point le mois de septembre est populaire sur les blogs avec ses feuilles qui croustillent, ses boissons chaudes réconfortantes et ses plaids tout doux. Pour moi, cela reste surtout le mois de la rentrée. J’ai beau avoir quitté le système scolaire depuis un (bon) moment, le mois de septembre déclenche toujours chez moi des envies de cahiers neufs.

J’avais envie de retrouver cette ambiance dans mes lectures. Pour moi la lecture « back to school » par excellence est bien évidemment la saga Harry Potter. Poudlard c’est pour moi l’école fantasmée universelle, avec ses professeurs bienveillants (ou moins), ses passages secrets, ses maisons rivales… Qui n’a pas rêvé de s’enfoncer dans une fauteil moelleux de la salle commune de Gryffondor pendant que le feu crépite dans la cheminée et que la pluie tombe dehors…

Je vous ai donc préparé une petite sélection de livres qui vous permettrons de reprendre le chemin des salles de classes le temps d’une lecture…

Le maître des illusions (The secret History) de Donna Tartt

Le roman parfait de ce début d’automne, qui vous transporte au sein d’une université façon Cercle des poètes disparu (en plus sombre).
Vous connaissez peut être déjà Donna Tartt pour son roman « Le Chardonneret », succès littéraire en 2013. « The Secret History » reprend plus ou moins les mêmes codes (une amité entre étudiants, un mystère qui les lie…) pour les placer au milieu d’un prestigieux campus d’une université américaine.

Encore une fois Donna Tartt manie le suspens à la perfection. Ses personnages sont complexe et l’intrigues extrêmement prenante.

Ma critique d’origine ici.

The likeness Tana French

Un autre de mes coups de coeur dont je vous avais parlé ici.

Dans ce roman policier, l’inspecteur Cassie Maddox se retrouve infiltrée un groupe d’étudiants de l’université de Trinity à Dublin. Un double jeux extrêmement dangereux. Cassie s’attache progressivement à aux quatre étudiants qu’elle doit surveiller. Il faut dire que cette colocation a de quoi séduire. Les cinq amis vivent en vase clos dans un vieux manoir qui tombe en ruine, occupant leur temps libre à débattre, lire, faire de la musique, cuisiner…tout ça sans accrocs, avec une harmonie parfaite en apparence ….

Prep de Sittenfeld Curtis (non traduit)

La lecture qui m’a personellement le moins plu de cette liste. J’aurais pu m’en douter, je ne suis pas spécialement adepte de YA. Dans « Prep », nous suivons la vie et les pensées de Lee Fiora, une jeune fille du Midwest qui, suite à l’obtention d’une bourse, débarque dans un prestigieux lycée privé de la côte est.

Il ne se passe pas grand chose au cours de ces 3 années, Lee est une jeune fille introvertie qui préfère observer plutôt que de participer à la vie bourdonnante de l’internat. J’avoue que parfois j’ai eu envie de la secouer tant je l’ai trouvé passive ! Puis je me suis souvenu de celle que j’étais à 14-15 ans. Car s’il y a une chose réussie dans ce roman c’est bien la façon dont l’auteur retranscrit les sentiments d’une adolescente mal dans sa peau. J’ai retrouvé cet âge où l’on fait facilement de mauvais choix, où l’image que les autres ont de nous revêt une importance vitale. Au fond ce qui m’a le plus dérangé dans ce roman c’est le regard que porte la Lee adulte (celle qui raconte l’histoire) sur son adolescence. A aucun moment elle ne remet pas en question les erreurs et jugements qu’elle a pu faire, notamment placer sa propre valeur entre les mains d’un garçon… Je n’ai pas retrouvé ce regard critique (mais bienveillant) que je peux moi même avoir sur ma propre adolescence.

Auprès de moi toujours (Never let me go) d’Kazuo Ishiguro

Le roman le plus original de cette liste !

Si l’histoire se déroule (principalement) dans un internat de la campagne anglaise, le reste de l’intrigue est pour le moins déroutante. Nous sommes dans les années 90. Kath et ses amis Ruth et Tommy sont élève à Hailsham. Ici, les enfants sont protégés du monde extérieur et élevés comme des êtres à part, voués à une mission essentielle pour la société. Cette mission nous ne la découvrons que progressivement. Kazuo Ishiguro distille ses indices comme le petit poucet. Pour ne rien vous gacher je ne vous révelerai pas le twist. A la frontière de la science fiction, du roman sur la perte de l’innocence, et l’amité, cette histoire nous fait réfléchir sur le sens de la vie humaine, ce que l’on est pret à sacrifier au nonm du progrès scientifique….

Bilgewater de Jane Gardam (non traduit)

Un joli roman sur l’adolescence, intelligent et doux, publié pour la première fois en 1977.

Marigold Green, est une adolescente de 16 ans excentrique et intelligente, la fille du directeur d’un internat pour garçons dans le nord de l’Angleterre. Comme une princesse de conte de fées, Marigold a perdu sa mère à la naissance et vie seule avec son père. En lieu de château, une vieille école en en lieu de maraîne, l’assistante de l’école, Paula déesse omnipotente.

C’est un roman d’adolescence, sur les premiers amours, les déceptions amicales mais sans le côté simpliste et simplifié de (certains) romans de YA. L’écriture de Jane Gardam virevolte au rythme de l’imagination de Marigold, remplie de nostagie et de pointes d’humour subtil. Les personnages secondaires sont excellents (le genre qui vous donnent envie d’avoir une conversation avec eux). J’ai partuculièrement aimé la fin, que je n’avais pas forcément vu venir.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s