Mes livres de janvier

L’année 2018 démarre bien côté lecture avec plusieurs coups de coeur en ce mois janvier !

  • Harry Potter and the order of the phoenix – J.K. Rowling (Audible) (5/5)

Je continue doucement mes écoutes Audible des Harry Potter avec ce cinquième tome. Comme toujours la lecture faite par Stephen Fry est excellente ! Comme d’habitude j’ai rigolé devant les déboires amoureux de nos héros, détesté Umbridge de toute mon âme et pleuré comme un bébé à l’écoute de la fameuse scène du voile…

  • The catcher in the rye – J.D. Salinger (5/5)

J’avais très envie de relire ce roman qui est l’un de mes préférés pour commencer l’année 2018. C’est la première fois que je le lis en anglais et je n’en ai qu’encore plus apprécié la lecture ! Encore à 30 ans ce livre me touche énormément… Je ne me lasse pas de suivre les déambulations de Holden Caulfield dans New York, ses reflexions d’adolescent perdi, son humanité, ses disgressions… Retrouvez ma chronique initiale ici.

  • A woman in Berlin – Anonymous (4,5/5)

Un livre coup de poing. Il s’agit du journal intime (réel) d’une allemande, écrit au cours des mois d’avril à juin 1945 à Berlin, alors que la ville tombe aux mains des soviétiques. L’histoire même de ce livre est incroyable : il a été publié pour la première fois en 1954 aux Etats-Unis puis dans différents pays d’Europe. Mais ce n’est que 5 ans plus tard qu’il est publié en langue allemande pour la première fois, mais en Suisse uniquement. En Allemagne la presse l’ignore ou le décrit. Ce n’est qu’à la fin des années 60 qu’il commence à faire parler de lui. Cependant l’auteur, qui est resté anonyme pendant toute ces années ne souhaitait pas que le livre soit publié en Allemagne de son vivant. Ce n’est qu’en 2001, à la suite du décès de l’auteur que le livre fut publié en Allemagne.
L’auteur relate avec réalisme les évènements : les bombardements, l’arrivée de l’armée russe, les viols…. Malgré toute l’horreur de la situation le ton reste très sobre et objectif (presque froid), sans aucun apitoiement. Car au milieu de tout ce chaos, une vie quotidienne un peu bancale se met en place entre les habitants de l’immeuble et dont l’auteur se moque gentillement. A travers ce récit on voit également apparaitre une pensée féministe qui remet en question le rôle et la vision de la femme en temps de guerre.
J’ai été étonnée par la fluidité de la rédaction. Plusieurs fois j’ai oublié que je lisais un journal intime basé sur des faits réels. Un livre trop peu connu à découvrir de toute urgence ! (Existe en version française)

  • The Walking Dead #27 – Les chuchoteurs (4/5)

J’ai eu un peu du mal à me plonger dans ce tome sachant que j’ai lu le #26 il y a un an. J’y ai pourtant retrouvé tous les éléments d’un bon tome de Walking Dead : du suspens, des morts, des trahisons… La fin m’a laissé en suspens, heureusement que le tome 28 est déjà sorti !

  • Chanson douce Leïla Slimani (3,5/5)

C’est le genre de roman que j’aurais vraiment aimer apprécier plus mais que j’ai refermé avec beaucoup de frustration et un vague sentiment de malaise. Dès le début pourtant on sait que l’histoire que l’on va lire va déranger : les premières lignes nous présente le tableau terrifiant de deux enfants tués par leur nounou. Le reste du roman nous décrit les mois qui ont mené à ce drame. Le récit est détaché, factuel. A aucun moment Leïla Slimani ne cherche à expliquer le geste de Louise. Elle nous présente les faits, à nous d’en tirer les conclusions. Ce n’est pas le premier roman construit de cette manière que je lis et malheureusement, encore une fois je suis restée « en dehors » du roman. C’est efficace, cela fonctionne bien mais c’est beaucoup trop froid pour moi.

  • Lonesome Dove (tome 1) – Larry McMurtry (4,5/5)

J’ai adoré ce roman d’aventure qui se déroule en 1880 dans un texas peuplés de cowboys et d’indiens ! Et pourtant je ne suis pas particulièrement fan de western. L’action de ce premier tome se déroule en grande partie à Lonesome Dove, petite ville du Texas où deux anciens rangers fatigués, Augustus McCrae et Woodrow Call ont rangé leurs colts et trompent leur ennuie en louant des chevaux. Pourtant, l’aventure va les rattraper sous la forme d’un ancien camarade, Jake Spoon, poursuivie pour un meurtre stupide. Ce dernier les convainc de voler du bétail au Mexique et de le convoyer jusque dans le Montana pour y établir un ranch. Commence alors un périple de plusieurs milliers de kilomètres à travers l’Ouest. Grace à un style assez simple mais maitrisé Larry McMurtry nous imerge complètement  dans cet univers peuplé de cowboys, de prostitués et de shérifs… J’ai particulièrement aimé les personnages auxquels ont s’attache malgré (ou grâce) à leurs nombreux défauts. Que ce soit les personnages masculins comme féminins ils sont tous extrêmement bien construits. A commencer par les figures principales de ce roman, Augustus McCrae, cowboy jouisseur, désinvolte et incorrigible bavard et son associé et opposé, le capitaine Woodrow Call, un meneur d’homme taciturne.  J’ai acheté le tome 2 le jour même où j’ai fini le tome 1, j’ai hâte de me replonger dans cet univers !

  • En un combat douteux – John Steinbeck (3,5/5)

J’ai déjà clamé plusieurs fois sur ce blog mon amour pour Steinbeck. Apres mon énorme coup de coeur pour « A l’est d’Eden » l’an dernier, je me suis attaqué ce mois-ci à un ouvrage un peu moins connu récupéré dans la bibliothèque de ma mère.
« En un combat douteux » nous raconte l’histoire d’une grève d’ouvriers agricoles en Californie dans les années 30. Nous suivons Mac et Jim, membres du parti communiste, qui vont mener des ouvriers à la grève. J’ai découvert tout un aspect de l’histoire américaine, les luttes ouvrières et la chasse aux sorcières, présenté du point de vu des travailleurs. Au fur et à mesure que l’histoire progresse les enjeux et motivations de chacun se dessinent. Comme le titre de l’ouvrage l’indique, la volonté de reconnaissance de la classe ouvrière n’est pas le seul aspect de cette lutte. Comme toujours chez Steinbeck il n’y a pas de bien et de mal mais des volontés contraires et pourtant liées. C’est cette faculté à représenter la complexité de la pensée et de la sensibilité humaine qui m’attire et me satisfait toujours dans ses romans. Malheureusement le sujet de ce livre ne m’a pas passonné outre-mesure d’où ma note mitigée.

6 commentaires

  1. JD SALINGER est mon auteur préféré et je relis souvent ses nouvelles, mais je n’ai jamais relu The Catcher in the Rye – il est temps apparemment ! Lonesome Dove fut un choc, j’ai dévoré les deux tomes et je m’en vais lire les autres ! enfin Steinbeck, je le découvre depuis quelques années, quel talent !

    1. On a des goûts vraiment similaires ! J’ai adoré relire The Catcher in the Rye. Je pense que la lecture n’est jamais vraiment la même…
      J’ai hâte d’attaquer le 2ème tome de Lonesome Dove (surement d’ici fin février) !!
      Tu as lu quoi de Steinbeck ?

      1. A l’Est d’Eden, Tortilla Flat, Des souris et des hommes. Cette année je veux lire Martin Éden et Les raisins de la colère. Et oui nos goûts sont très proches 😊👍

  2. J’avais vraiment eu le même sentiment pour chansons douces à tel point que je suis restée spectatrice de l’histoire sans jamais rentrer dedans.
    Merci pour tes articles lectures, j’adore toujours autant tes conseils et trouvailles!
    Bonne semaine
    Jessica

    1. Tu me rassures pour chanson douce ! Car les critiques sont très (très) bonnes…
      Merci pour ton message !! Ca m’a fait du bien car je suis pas très motivée par ce blog en ce moment.
      Bonnne semaine à toi !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s