Mes lectures de décembre

En 2018, j’ai bien envie de vous parler encore plus de lecture sur cet espace ! Je me suis un peu laissé submergé en 2017 et j’ai accumulé un gros retard dans mes comptes rendus… J’ai décidé de passer à un nouveau format cette année : un recap mensuel de mes dernières lectures. J’espère arriver à m’y tenir… C’est parti pour le mois de décembre !

Processed With Darkroom
  • Comme un roman – Daniel Pennac (4.5/5)

Cela fait des années que je veux lire ce livre et je me demande pourquoi je ne l’ai pas fait plus tôt ! Comme son nom l’indique il ne s’agit pas d’un roman mais d’un (court) essai sur la lecture. Sans condescendance ni dogmatisme, Pennac répond à pas mal de question que tout lecteur se pose, « pourquoi lit-on ? », « est ce qu’on peut vraiment ne pas aimer lire ? »… Je suis une grande fan de la saga des Malaussène de Daniel Pennac et c’était un plaisir de retrouver ici son écriture fluide et malicieuse. Je ne peux parler de ce livre sans copier les 10 droits imprescriptibles du lecteur qu’il définit :
1. le droit de ne pas lire.
2. le droit de sauter des pages.
3. le droit de ne pas finir un livre.
4. le droit de relire.
5. le droit de lire n’importe quoi.
6. le droit au bovarysme (maladie textuellement transmissible).
7. le droit de lire n’importe où
8. le droit de grappiller.
9. le droit de lire à haute voix.
10. le droit de nous taire

A mettre entre toutes les mains des amoureux des livres.

  • Lucy in the Sky – Pete Fromm (4/5)

J’ai reçu ce roman dans le cadre de la box « Kube » dont je vais vous reparler très prochainement. C’est un roman sur l’adolescence mais aussi sur toute la complexité des relations familiales et la vie d’adulte. On suit Lucy de ses 14 ans à ses 16 ans. Un âge de changements qui n’est jamais facile de traverser, surtout pour Lucy, ancien garçon manqué, qui ne sait comment gérer ce nouveau corps, ce désir qu’elle découvre chez les garçons qui l’entourent. Pourtant, elle veut tout faire pour se distinguer de sa mère, tombée enceinte à 16 ans et dont le mari, parti gagner sa vie comme bucheron au Canada leur rend visite tous les 4 mois. Pour cacher son mal-être Lucy se réfugie derrière un humour hérité de son père et se rapproche de son meilleur ami Kenny. Pete Fromm arrive à retranscrire les pensées d’une adolescente paumée avec beaucoup de justesse.

  • Hiroshima mon amour – Marguerite Duras (3/5)

Il s’agit du scénario que Marguerite Duras a écrit pour le réalisateur Alain Resnais et c’est le premier livre de Marguerite Duras que je lis. Je n’ai peut être pas commencé par le plus simple ! Il s’agit pourtant d’une histoire très simple et très belle : une actrice française, Riva, qui, lors d’un tournage pour un film sur la paix à Hiroshima, fait la connaissance d’un ingénieur japonais avec lequel elle aura une liaison. Cette rencontre fait remonter les souvenirs de Riva, la tragédie qu’elle a vécu à 20 ans alors qu’elle habitait à Nevers pendant l’occupation allemande. Si j’ai trouvé l’histoire très belle, et bouleversante, je suis restée « à l’extérieur » tout le long de ma lecture, la forme du scénario créant un filtre qui m’a laissé spectatrice de cette magnifique histoire.

  • Petit Pays – Gaël Faye (4.5/5)

Gros coup de coeur pour ce roman dont on a beaucoup parlé en fin d’année 2017. L’histoire se passe dans les années 90 au Burundi. Gabriel a 10 ans et vit avec son père français, entrepreneur, sa mère rwandaise et sa petite sœur, Ana, dans un confortable quartier d’expatriés. Comme tous les petits garçons, Gabriel passe le plus clair de son temps avec ses copains à faire les quatre cents coups dans le quartier. Mais cette paisible enfance va progressivement se disloquer devant les cahots historiques que va connaitre ce « petit pays » d’Afrique. Par vague successive la violence envahit sa famille, son quartier et le pays entier. C’est un roman bouleversant sur la fin de l’innocence. C’est grave et drôle à la fois. L’écriture de Gaël Faye est pleine de poésie, pudeur, de nostalgie et tendresse. En racontant les évènements à travers les yeux de Gabriel, Gaël Faye, arrive à maintenir une certaine légèreté même aux moments les plus sombres de ce roman.

  • The Likeness – Tana French (4.5/5)

Après avoir dévoré « In the woods » cet été (« La mort dans les bois » en VF), je me suis attaqué à un nouveau polar de Tana French (« Comme deux gouttes d’eau » en français). Ce roman se situe quelques mois après les évènements relatés dans « in the woods ». L’inspecteur Cassie Maddox (personnage secondaire du premier roman qui devient ici le personnage principal) est appelé en urgence sur les lieux d’un meurtre. Elle découvre alors que la victime lui ressemble trait pour trait, et porte des papiers au nom d’Alexandra Madison. Une identité que Cassie et son chef Frank ont inventé et dont elle s’est servie, voilà des années pour infiltrer un réseau de trafic de stupéfiants. Afin de démasquer l’assassin, les policiers de Dublin imaginent un dangereux  stratagème : prétendre qu’Alexandra a survécu a ses blessures et obliger Cassie à se faire passer pour elle… Elle intègre donc le manoir où Cassie habitait avec ses quatre amis. Un double jeux extrêmement dangereux. Cassie s’attache progressivement à aux amis d’Alexandra. Il faut dire que cette colocation a de quoi séduire. Les cinq étudiants vivent en vase clos dans ce vieux manoir qui tombe en ruine occupant leur temps libre à débattre, lire, faire de la musique, cuisiner…tout ça sans accrocs, avec une harmonie parfaite en apparence …. Le déroulement est assez lent car l’intrigue est avant tout psychologique (même si tout s’accélère dans le huis clos final). J’ai adoré à nouveau ce polar

  • A Christmas Carol – Charles Dickens (4/5)

Je me suis plongé dans cette lecture de saison le 23 décembre pour terminer l’année en douceur. Un conte de Noël dont j’avais beaucoup entendu parler mais que je lisais pour la première fois. J’ai découvert avec délice ce vieil acariâtre de Scrooge qui la veille de Noël va être confronté au spectre de son ancien associé, Marley, venu l’avertir que trois fantômes vont lui rendre visite les nuits suivantes… Ces trois spectres vont tour à tour lui rappeler ce qu’est l’esprit de Noël. Un très beau conte, même si j’avoue que j’ai eu quelques difficultés avec l’anglais de M. Dickens ^^

  • Nature morte – Louise Penny (3/5)

Je termine par la lecture qui m’a le moins convaincue de ce mois de décembre ! Ce roman policier m’a été offert par ma soeur et je n’ai malheureusement pas été convaincue par l’écriture de Louise Penny que j’ai trouvé souvent maladroite (peut être dues à la traduction ?). Certains personnages sont très intéressants (l’inspecteur Gamache) alors que d’autres sont trop clichés à mon goût (une jeune policière obtue). Dommage car l’histoire est intéressante et l’atmosphère de ce petit village québécois absolument délicieuse ! Les critiques sont très bonnes pourtant… je dois être passé à côté !

8 commentaires

  1. Idem pour Nature Morte, j’en attendais beaucoup (le lieu, un inspecteur français au milieu d’anglophones) et j’ai été déçue. L’écriture trop simple, la femme policière bizarre, pas ou peu de suspense ..
    J’ai Lucy in the sky dans ma pàl, il faut que je le ressorte 😉

      1. Ah ! Certains adorent, tant mieux d’ailleurs. Moi je préfère suivre d’autres enquêteurs !

  2. Petit Pays est une pépite, j’ai adoré cette lecture !
    Cette année, il faut absolument que je prenne le temps de lire Comme un roman 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s