2 Series British à regarder cet Automne

Ca y est nous sommes rentrés dans la saison des plaids et des grands mugs de thé brulant ! En cette période de cocooning rien de mieux que de passer la soirée avec un bon bouquin ou devant une bonne série.

J’ai découvert récemment deux nouvelles séries un peu par hasard. Et il se trouve que toutes les deux sont produites par nos (ex)amis anglais ! Comme quoi les américains n’ont pas le monopole de nos soirées télé.

series-british

Il s’agit de deux séries assez similaires sur les thèmes abordés (notamment les relations amoureuses des jeunes trentenaires d’aujourd’hui) mais assez différentes dans le traitement. Lovesick est une série courte et légère là où Fleabag sous ses aspects de comédies se révèle plus grave. J’ai d’ailleurs préféré ces deux discrètes séries britaniques à la très médiatique « Easy » qui m’a laissé de marbre.

Lovesick

(Saison 1 disponible sur Netflix – saison 2 à venir en novembre)

Pour la petite annecdote, Netflix lorsqu’elle en a racheté les droits a changé le titre de la série, initiallement appelée « Scrotal Recall »…

Le pitch : Dylan, grand adolescent attardé vient d’apprendre qu’il est atteint de Chlamidya. Il se voit alors obligé de recontacter ses anciennes copines auxquelles il aurait pu transmettre la MST. L’occasion de se replonger dans ses relations amoureuses des 4 dernières années. 6 filles, 6 épisodes, construits sous forme de flash-back où l’on retrouve Dylan et ses deux inséparables amis et colocataires, Luke – beau gosse dragueur – et Evie – sa meilleure amie qui en pince secrètement pour lui.

Pour pimenter un peu l’intrigue, les épisodes – et donc les flashback – ne sont pas par ordre chronologique on découvre donc progressivement les liens et relations qui se sont tissés entre les différents personnages.

J’ai beaucoup aimé le ton décallé (tout le pitch est quand même basé sur le fait que le héro a contracté une MST) et décomplexé de la série. Les personnages sont attachants et les épisodes se regardent ultra facilement. Il y a un petit côté « quatre mariages et un enterrement » qui m’a beaucoup charmé…

Fleabag

Gros gros coup de coeur pour cette série. Pourtant au début j’ai eu beaucoup de mal à m’attacher à l’héroine, qui apparaît dans les premiers épisodes très égocentrique. Mais une fois que le vernis commence à se fendiller et que les fêllures apparaissent le personnage prend de l’épaisseur et je suis devenue totalement addict. Là où Girls m’a totalement laissé de marbre, j’ai dévorré les 6 épisodes de cette série et quelques jours.

Pourtant le pitch est ultra mince : les aventures sociale, familiale, sentimentale et sexuelle d’une jeune trentenaire londonienne surnommée Fleabag (« sac à puces »). Rien de révolutionaire et pourtant la série se révèle rempli d’humour, d’idées, d’intelligence et d’émotions… Tout cela grace à Phoebe Waller-Bridge qui a adapté sa propre pièce de théâtre pour créer et écrire cette série en se donnant le rôle principal. Originalité de la mise en scène : l’héroine s’adresse régulièrement à nous, spectateur (façon House of cards), une connivence que je trouve souvent inutile mais qui ici donne encore plus de sel à la série.

Voici toutes les raisons qui m’ont fait adorer cette série :

Un humour décapant : chaque épisode présente son lot de scènes cultes. Le ton est totalement libre. C’est (souvent) cru mais (toujours) juste.
– Une histoire proche de la réalité : en tant que (proche) trentenaire célibataire habitant une capitale européenne, je n’ai pu que me reconnaitre dans cette série ! Ici, pas d’histoires d’amour édulcorée et romancée mais la triste vérité des relations 2.0… Cela fait du bien pour une fois !
– Une pointe de gravité : Fleabag nous fait rire mais joue également sur la corde sensible. Il est clair dès le premier épisode que Fleabag n’est pas loin de la dépression, entre son boulot de gérante d’un café où les rares clients consomment surtout de l’électricité pour recharger leur ordinateur, son petit ami, qui la quitte régulièrement, sa sœur coincée et son père distant, veuf remarié avec une artiste absolument insuportable… Mais derrière tout cela se cache un traumatisme plus profond et grave. La vérité (que je ne vais pas vous révèler), apparaitra un peu plus tard et est traitée avec beaucoup de justesse. En abordant ces sujets la série prend de l’épaisseur tout en ne perdant pas son humour est son ton léger.
– Une actrice au top : je suis tombée sous le charme de Phoebe Waller-Bridge ! Elle incarne parfaitement ce rôle de fille perdue et pourtant qui continue de faire face aux sales coups de la vie avec beaucoup d’humour. Les autres personnages ne sont pas en reste notamment la détestable belle-mère ou de la soeur psychorigide.

***

Connaissez-vous ces deux séries ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s