Lectures d’été : romans étrangers

J’ai beaucoup d’articles lecture en retard et comme l’été est la période idéale pour plonger dans un bon roman, je vais essayer de rattraper ce retard ! J’ai essayé de regrouper mes comptes rendus par thème et aujourd’hui je vous présente 4 romans étrangers (NDLR: les romans américains feront cependant l’objet d’un article séparés) lus ces derniers mois et qui m’ont beaucoup plu, les deux premiers étant de véritables coups de coeur !

books

L’amie prodigieuse d’Elena Ferrante

Résumé : Lila et Elena viennent du même quartier défavorisé de Naples. Elles fréquentent la même école, et la même communauté de quartier : mafia locale, familles déchirées et secret de polichinelle… Au milieu de ce chaos local, les deux jeunes filles se rapprochent et s’apprivoisent jusqu’à devenir inséparables. Toutes les deux pourtant bien différentes se révèlent douées pour les études. Mais Lila, la surdouée du duo, solaire et rebelle, abandonne pourtant les études pour travailler avec son père et son frère dans leur échoppe de cordonnier. De son côté Elena, soutenu par son institutrice atteindra le collège, puis plus tard le lycée malgré les a priori de sa famille. Ce sont ces années, que l’on devine décisives dans la vie des deux jeunes filles; qui sont racontées ici, à travers la voix d’Elena. Nous sommes témoin de cette amitié naissante qui devient de plus en plus forte avant, comme souvent de se heurter aux difficultés de l’âge (presque) adulte.  Nous voyons les deux jeunes filles vivre les transformations physiques et psychologiques liées à l’adolescence mais aussi aux différentes rencontres et expériences qui peuvent changer une vie. En toile de fond Naples de la fin des années 50, le boom économique mais aussi la position de la femme dans la société italienne de l’époque.

J’ai dévoré ce livre. Je trouve que peu de romans ont été écrits sur l’amitié. Les histoires d’amour oui, les étagères des librairies en débordent, mais l’amitié reste souvent laisser pour compte. Et pourtant les relations amicales peuvent être tout aussi importantes, constructives et tourmentées. Tout cela est retransmis à la perfection par Elena Ferrante. Les deux jeunes filles partagent leurs peurs, les secrets, les rêves, les jalousies. Et malgré tout cette amitié n’est pas à l’épreuve de tout comme c’est souvent le cas en réalité. On grandi, on évolue et les liens se détendent sans qu’ils se rompent totalement pour autant…

J’ai hâte de lire la suite !

Un océan de pavot de Amitav Ghosh

Deuxième coup de coeur de cette sélection !

Il s’agit là aussi du deuxième tome d’une trilogie (décidément) et selon moi, le livre idéal pour les vacances : un roman choral plein d’exotisme, d’aventures, avec un brin de romance…. Divertissant et très bien écrit mais avec un fond historique très intéressant (la colonisation de l’Inde par les anglais, la puissance commerciale britannique fondée sur la vente de l’opium et les luttes de pouvoir géopolitiques qui en ont suivi). Bref un parfait cocktail estival !

Mais laissez-moi vous présenter l’histoire : nous sommes en Inde en 1838 aux alentours de Calcutta. La région entière est désormais dédiée à la culture du pavot et donc à la production d’opium pour l’empire britannique, de plus en plus gourmand. C’est le pavot, pièce central de ce roman (d’où le titre), qui joue le rôle de fil rouge entre tous les différents personnages.

Nous avons d’abord Deeti, indienne mariée à un homme qu’elle méprise et qui sera obligé de fuir le bucher à la mort de ce dernier. Paulette Lambert, une jeune Française qui se fait passer pour indienne afin d’échapper au mariage sordide auquel l’a condamnée son tuteur. Jodu, son frère de lait, un jeune Indien, qui s’est engagé comme mousse sur l’Ibis, bateau qui s’apprête à embarquer  une cargaison de coolies attendue à l’île Maurice. Zachary Reid, le commandant en second de l’Ibis, un Noir qui a tout l’air d’un Blanc et qui risquerait sa carrière si cela venait à se savoir. Neel Rattan, un raja ruiné et déchu, et Ah Fatt, un métis de Chinois et d’Indien, opiomane. Et de nombreux autres personnages secondaires, tous haut en couleur !

Tous ces individus aux parcours et aux caractères si dissemblables, vont donc se retrouver dans le même bateau, littéralement, en partance pour l’île Maurice.

Les premiers deux tiers du livre sont consacrés à mettre les personnages et l’intrigue en place mais cela ne m’a pas dérangé du tout tant je me suis passionnée pour leurs aventures. Je ne l’ai pas lâché de la première à la dernière page. Un superbe roman d’aventure comme on en fait peu dans la littérature contemporaine.

Le restaurant de l’amour retrouvé de Ito Ogawa

Charmant, je trouve que c’est le mot qui convient parfaitement à ce court roman !

Un jour en rentrant du travail Rinco découvre son appartement vide, son petit-ami l’a quitté emportant avec lui l’ensemble de leur possession. Sous le choc, Rinco perd la voix. Le coeur brisé elle décide de rentrer dans son village natal, pour habiter chez sa mère avec qui elle ne s’est jamais bien entendu. Passionnée de cuisine, Rinco décide d’ouvrir un restaurant dans le village. Mais ce restaurant sera spécial: il n’y aura qu’une table par soir et le menu sera sur mesure selon les convives. Petit à petit il apparait que la cuisine de Rinco a des vertues presque magique… A défaut de parler, Rinco s’exprime au travers de ses plats. Elle va se reconstruire en faisant le bonheur de ses convices. Ce retour aux sources sera aussi l’occasion de se rapprocher d’une mère et d’en apprendre plus sur ses origines.

L’écriture de Ito OGAWA m’a fait penser à celle de Audur Ava Olafsdottir. On retrouve dans ce livres la même douceur, la même naïveté que dans ceux de l’islandaise. Une fois habitué au rythme un peu lent, on se laisse bercer par la poésie des mots. Sans oublier ses descriptions culinaires qui ont mis mes papilles en éveil !

Si par une nuit d’hiver un voyageur d’Italo Calvino

Enfin on termine par un petit ovni littéraire, un roman sans équivalent où l’auteur s’adresse directement à nous lecteur. Dans ce roman divisé en 11 parties, Italo Calvino remet en question notre vision traditionnelle de la lecture. C’est un véritable hommage aux livres et aux lecteurs qui joue avec les codes littéraires !

Il est très difficile d’en faire un résumé mais je vais m’y essayer. C’est l’histoire d’un lecteur et d’une lectrice qui tombe sur un livre formidable mais malheureusement ce livre est inachevé. Ils se mettent donc à la recherche du roman complet mais leur enquête les mène à un nouveau roman tout aussi passionnant mais lui aussi inachevé. De livres en livres l’auteur s’essaie donc à des styles littéraires divers et variés.

Tout au long des pages Italo Calvino s’adresse donc directement à nous, remettant sans cesse en question ce qu’on vient juste de lire. Le ton du roman est très léger et plein d’humour. C’est cependant assez déconcertant. Pour prendre plaisir à cette lecture je pense qu’il faut s’éloigner le plus possible de la lecture scolaire et du premier degré et simplement se laisser porter par ce style qui ne ressemble à aucun autre.

 

3 réflexions sur “Lectures d’été : romans étrangers

  1. Emy dit :

    Je pense commencer L’amie prodigieuse sous peu, alors je suis ravie de lire un autre avis positif 🙂 et je suis d’accord, les livres sur l’amitié sont plus rares pour une raison tout à fait injustifiée !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s