Ma PAL du printemps

Avant de vous parler de mes dernières lectures j’avais envie aujourd’hui de partager avec vous mes futures lectures 🙂

Lors que mon derniers séjour en France j’ai refait le stock de romans en français. En prévision de mon futur voyage fin mai j’ai également acheté plusieurs romans en format électronique afin de n’emporter avec moi que mon reader. Beaucoup plus léger et pratique en voyage (si cela vous intéresse je ferais un article livre papier vs. livre numérique).

P1000414

Voici donc les livres que je compte dévorer en mai et juin :

The Son de Philipp Meyer

Résumé : Le Fils de Philipp Meyer est porté par trois personnages trois générations d’une famille texane, les McCullough dont les voix successives tissent et explorent avec brio la part d ombre du rêve américain.
Eli, le patriarche que l’on appelle  » le Colonel  » est enlevé à l’âge de onze ans par les Comanches et passera avec eux trois années qui marqueront sa vie. Revenu à la civilisation, il prend part à la conquête de l’Ouest avant de s’engager dans la guerre de Sécession et de devenir un grand propriétaire terrien et un entrepreneur avisé.
À la fois écrasé par son père et révolté par l’ambition dévastatrice de ce tyran autoritaire et cynique, son fils Peter profitera de la révolution mexicaine pour faire un choix qui bouleversera son destin et celui des siens.
Ambitieuse et sans scrupules, Jeanne-Anne, petite-fille de Peter, se retrouve à la tête d’une des plus grosses fortunes du pays, prête à parachever l’oeuvre du « Colonel ». Mais comme ceux qui l’ont précédée, elle a dû sacrifier beaucoup de choses sur l’autel de la fortune. Et comme tous les empires, celui de la famille McCullough est plus fragile qu’on ne pourrait le penser.

J’avais énormément aimé American Rust du même auteur (ma critique ici). Il y décrit une vision très réaliste de l’Amérique. Si American Rust s’intéressait à l’Amérique moderne, j’ai hâte de découvrir sa version de l’histoire américaine et de la construction de ce pays plein de contrastes.

Sanctuary de Ken Bruen

Résumé : Deux policiers, une nonne, un juge, un enfant. Lorsqu’une lettre contenant une liste de victimes arrive par la poste, Jack Taylor, le détective privé, pense n’être en rien concerné. Il a déjà bien assez de mal à préserver sa propre santé mentale. Deux policiers puis un juge meurent dans des circonstances mystérieuses. Lorsque l’enfant qui figure sur cette macabre liste disparaît, Taylor décide alors de découvrir l’identité de l’assassin et de l’empêcher de nuire à tout prix. II ignore cependant que l’auteur de ces crimes est bien plus proche de lui qu’il ne l’imagine. Et que cette affaire va prendre une tournure extrêmement personnelle…

En l’honneur de mon pays d’accueil j’ai décidé de lire plus de romans d’auteurs irlandais. Ken Bruen est apparemment le maître du polar irlandais. Ca a l’air bien noir façon Connelly, j’ai hâte de rencontrer Jack Taylor, son enquêteur fétiche !

Go Set a Watchman de Harper Lee

Résumé : Jean Louise Finch, dite « Scout », l’inoubliable héroïne de Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, est de retour dans sa petite ville natale de l’Alabama, Maycomb, pour rendre visite à son père Atticus. Vingt ans ont passé. Nous sommes au milieu des années 1950, à l’aube de la déségrégation, et la nation se déchire autour des questions raciales. Confrontée à la société qui l’a façonnée mais dont elle s’est éloignée en partant s’établir à New York, Jean Louise va découvrir ses proches sous un jour inédit et voir vaciller toutes les fondations de son existence, politiques, sociales et familiales.
J’ai lu et adoré « Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur » il y a quelques années. C’est vraiment un classique de la littérature américaine, qui traite un sujet grave d’une façon très pudique. Si vous ne l’avez pas lu je vous le conseille ! Ce roman qui en est donc la suite (il devait s’agir d’une trilogie mais malheureusement Harper Lee est décédé avant de pouvoir achever le second roman), est sorti uniquement l’an dernier.

Brooklyn de Colm Tóibín

Résumé : Enniscorthy, sud-est de l’Irlande, années 50. Comme de nombreux jeunes de sa génération, Eilis Lacey, diplôme de comptabilité en poche, ne parvient pas à trouver du travail. Par l’entremise d’un prêtre, sa sœur Rose obtient pour elle un emploi aux États-Unis. Terrorisée à l’idée de quitter le cocon familial, mais contrainte de se plier à la décision de Rose, Eilis quitte l’Irlande. À Brooklyn, elle loue une chambre dans une pension de famille irlandaise et commence son existence américaine sous la surveillance insistante de la logeuse et des autres locataires.

Deuxième romain irlandais de ma liste, je l’ai acheté juste après avoir vu le film qui m’a beaucoup plus. A cheval entre l’Irlande et les Etats Unis, l’histoire d’Eilis nous fait découvrir le destin des émigrés irlandais ainsi que la vie aux Etats Unis dans les années 50. J’avais beaucoup apprécié le personnage d’Eilis dans le film et j’espère pouvoir le découvrir un peu plus en profondeur dans le roman.

Travail soigné de Pierre Lemaitre

Résumé : Dès le premier meurtre, épouvantable et déroutant, Camille Verhoeven comprend que cette affaire ne ressemblera à aucune autre. Et il a raison. D’autres crimes se révèlent, horribles, gratuits… La presse, le juge, le préfet se déchaînent bientôt contre la « méthode Verhoeven ». Policier atypique, le commandant Verhoeven ne craint pas les affaires hors normes, mais celle-ci va le laisser totalement seul face à un assassin qui semble avoir tout prévu. Jusque dans le moindre détail. Jusqu’à la vie même de Camille qui n’échappera pas au spectacle terrible que le tueur a pris tant de soin à organiser, dans les règles de l’art…
« Il y a eu meurtre à Courbevoie… » Message bien laconique pour un crime aussi épouvantable. Camille Verhœven comprend très vite que dans cette affaire les explications rationnelles seront inopérantes. Et il a raison. Parce que les crimes illogiques, horribles, gratuits, vont se succéder, que la presse va très vite se déchaîner contre la « méthode Verhoeven, » que le juge Deschamps, le Parquet, le ministre lui-même, n’auront de cesse de le dessaisir de l’affaire pour manquements à la discipline. Et parce que Camille Verhoeven va formuler une hypothèse… à laquelle personne ne veut croire. Une hypothèse hors nonnes. Camille a beau y être habitué, ça agace. Et il va bientôt se retrouver seul face à un assassin qui semble avoir tout compris, tout prévu, tout manipulé. Jusqu’au moindre détail. Jusqu’à la vie même de Camille qui n’échappera pas au spectacle terrible que le tueur a pris tant de soin à organiser dans les règles de l’art.

J’avais eu un énorme coup de coeur pour « Au revoir La-haut », prix Goncourt 2013 (dont je vous parlais ici) j’ai donc décidé de découvrir la facette thriller de l’auteur. J’aime déjà le fait que pour une fois le héros est une femme.

I am Pilgrim de Terry Hayes

Résumé : Une jeune femme assassinée dans un hôtel sinistre de Manhattan. Un zoologiste, père de famille, décapité en public sous le soleil d’Arabie Saoudite. Le directeur adjoint d’un institut médical énucléé en Syrie.  Un complot visant à commettre un effroyable crime contre l’humanité. Et en fil rouge, reliant ces événements, un dénommé Pilgrim.
Pilgrim n’existe pas officiellement.
Sous ce nom de code se cache un homme qui, autrefois, a dirigé une unité d’élite des services secrets et qui, avant de se retirer dans l’anonymat le plus total, a écrit un livre de référence sur la criminologie et la médecine légale.

Ce roman d’espionnage a fait pas mal parlé de lui l’an dernier. J’ai profité d’une promo dans ma librairie pour me l’offrir. Je me méfie un peu des best-seller mais les critiques sont vraiment bonnes.

Si une nuit d’hivers un voyageur d’Italo Calvino

Résumé : Dans ce roman, Italo Calvino se révèle être un professeur de roman et un conteur efficace. Composé de onze fragments, l’auteur offre (non sans humour) une remise en question du genre traditionnel du roman. Les dix premiers ressemblent à une sorte d’encyclopédie des formes romanesques et le dernier les englobe toutes. L’auteur veut ainsi mettre en avant les mécanismes du rapport entre le lecteur et le roman.

Pour terminer cette sélection, un classique de la littérature italienne que je connais très peu. Ce roman a l’air particulièrement étrange, ne ressemblant à rien de connu. J’ai l’impression que soit on adore, soit on déteste. J’ai hâte de découvrir cela !

***

Avez vous lu un de ces romans ?

 

7 commentaires

      1. Oui c’est vraiment l’un ou l’autre je pense. Soit tu adores ou détestes la manière dont c’est ecrit, j’en dis pas plus sinon je vais spoiler 😉

  1. Hop je viens d’acheter brooklyn sur Kindle ! Je préfère lire sur ce format pour l’accès facile à la traduction ! Et j’y ai toujours accès via mon téléphone.

    1. Pareil pour la traduction, c’est tellement pratique sur reader! (Même si je reste accro au format papier). J’ai hâte de le lire !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s