Lecture : de Game of Thrones à Celine

Décidément je n’arrive pas à vous faire des billets lectures régulier et vous êtes obligé de vous farcir mes tartines indigestes tous les 3 mois ! Aujourd’hui comme le titre l’indique mon billet lecture sera éclectique, comme mes goûts 😀

Testament à l’anglaise de Jonathan Coe

Un de mes coups de cœur de ces derniers mois !

photo 3

J’avais lu « La vie très privée de Mr Smith » du même auteur que j’avais trouvé pas mal mais sans plus. Je suis bien contente d’avoir retenté le coup. Car sii vous appréciez l’humour anglais ce roman est pour vous.

Résumé : Michael Owen, un jeune homme dépressif et agoraphobe, a été chargé par la vieille Tabitha Winshaw d’écrire la chronique de son illustre famille. Cette dynastie se taille en effet la part du lion dans tous les domaines de la vie publique de l’Angleterre des années quatre-vingt, profitant sans vergogne de ses attributions et de ses relations…

Pour sa famille Tabitha est folle. Elle a perdu l’esprit un soir de l’hiver 1942 quand son frère préféré, Godfrey, a été abattu par la DCA allemande au-dessus de Berlin. Elle est persuadée que la mort de Godfrey a été commanditée par son frère aîné, Lawrence.

Michael, anti-héro par excellence se lance donc dans une enquête familiale. Et quelle famille !

Entre roman policier et critique au vitriol de l’économie anglaise des années 80 et 90, ce roman est construit comme un puzzle, un peu décousu dont toutes les pièces s’assemblent dans les derniers chapitres. Si le début est un peu laborieux (j’ai mis un moment à entrer dedans). Le final est grandiose (une sorte de remake des dix petits nègres).

Le Trône de fer tomes 3 et 4 (pas de spoiler promis !)

Pas la peine de vous faire un résumé (je vais même éviter pour ceux qui suivent la série). Je me contenterai donc d’un avis vague ^^

photo 2

Pour rappel, le tome trois, un pavé de plus de 1 000 page correspond aux saisons 3 et 4. Pas de surprise donc pour ceux qui suivent la série. Si la version télé a pris des libertés dans l’ordre chronologique des événements, le reste est fidèle au texte. J’ai beaucoup aimé ce tome 3 c’est le plus « dense » de la saga, celui où il se passe le plus de chose.

En comparaison le tome 4 est beaucoup moins « impressionnant ». Ne vous inquiétez pas il apporte son lot de surprises mais il m’a plus fait l’effet d’un livre de transition qui permet de faire évoluer chaque personnage, de l’emmener là où l’auteur à besoin avant d’attaquer la fin de la saga (7 tomes sont prévus).

Le tome 5 (que je vais attaquer prochainement) promet d’être dans la même lignée puisqu’il se déroule sur la même période que le tome 4 et abordera l’histoire vu par différents personnages. Car comme l’explique George Martin à la fin du tome 4, il a décidé de scinder l’histoire en deux (contrairement aux trois premiers tomes qui se suivent chronologiquement). Le tome 4 se concentre sur l’histoire de Jaime, Cirsei, Brienne, Sansa, Arya… Le tome 5 reprend l’histoire avec les points de vue de Jon Snow, Daenerys, Tyron… Ces trois derniers faisant parti de mes personnages préférés, j’avais un peu peur en attaquant le tome 4 mais au final on apprend à découvrir d’autres personnages et ce n’est pas mal non plus !

Autre info : j’ai lu le tome 3 en français et le tome 4 en anglais. Et contrairement aux critiques que j’ai lu sur le net, la version française ne m’a pas plus dérangé que ça. Il est vrai que le style du traducteur est plus (trop) soutenu que l’original mais je trouve que cela colle plutôt bien à l’ambiance médiévale des livres. Et puis le français est je trouve une langue plus littéraire que l’anglais. Même si au final, comme souvent j’ai préféré la version anglaise.

The goldfinch de Donna Tartt

Vous avez surement entendu parler de ce roman (lu en anglais), qui a gagné le Prix Pulitzer de la fiction en 2014. Un « page-turner » comme les américains savent très bien en produire !

photo 4

Theo Decker, a 13 ans et il vit à New York avec sa mère après que son père les ai abandonné lorsque son existence bascule. Lors d’une visite d’une exposition au MET, lui et sa mère se retrouvent victime d’un attentat et cette dernière ne survit pas. Lors de l’explosion Theo parvient à subtiliser un tableau « the goldfinch ».

L’ensemble du roman nous place au côté de Theo, son parcours après cette perte tragique. D’abord recueilli par la famille d’un de ses amis habitant sur Park Avenue, son existence bascule à nouveau du tout au tout le jour où son père réapparaît dans sa vie. Theo s’envole pour Las Vegas et sa banlieue lugubre où il rencontre Boris. Adolescents livrés à eux même, les deux jeunes se lient d’une amitié fusionnelle. Jusqu’au jour où une nouvelle tragédie arrive et Theo doit à nouveau s’en aller…

Contrairement à ce que je m’attendais après lecture du pitch, Theo est loin du héros parfait : dépressif, auto-destructeur et paumé…. Mais évidemment on ne peut s’empêcher de s’y attacher.

Ce livre n’a rien de révolutionnaire, il a d’ailleurs soulevé un certain débat auprès des critiques américaines, certains le qualifiant même de « littérature pour enfant » tandis que le New York Times l’encense (ça m’a permis de lire de supers articles sur l’évolution du style de la littérature contemporaine soit dit en passant ^^).

Et pourtant comme des milliers de lecteurs je me suis fait avoir. Ce n’est pas le genre de livre que l’on lit pour le style (même s’il est très agréable), mais pour cette capacité qu’a l’auteur à vous emmener dans son histoire.

Pour l’instant le livre n’a pas encore été traduit en français mais procurez le vous dès sa sortie !

Voyage au bout de la nuit de Céline

On change complètement d’univers (je vous avais dit que j’avais des goûts très éclectique).

photo 1

J’essaie régulièrement de lire de « classiques » avec plus ou moins de succès. Il était temps que je m’attaque à Céline dont je n’avais rien lu jusqu’alors. « Voyage au bout de la nuit  » a été une claque.

Qu’il est difficile de parler d’un tel roman dont tout a déjà été dit ! Le style (pour le coup) est parfait. J’aurais voulu avoir un carnet avec moi pour noter toutes les phrases qui m’ont marquées (heureusement Wikipedia est là).

Qu’il est difficile d’apprécier autant un livre quand on connait le visage de son auteur (qui a notamment publié des propos racistes, xénophobes, homophobes et antisémites). Le livre est-il détachable de son auteur ? Vaste débat…

Je vais donc m’en tenir au livre, au style parlé, franc, cru de Céline qui arrive pourtant à nous toucher profondément. Comme s’il arrivait à formuler certaines pensées enfouies au fond de nous. C’est un livre froid et cynique et on en ressort chamboulé. Si vous ne l’avez pas encore lu, faite comme moi 🙂

Je finis quand même par quelques citations (pas pu m’en empêcher) :

« Il faudrait fermer le monde décidément pendant deux ou trois générations au moins s’il n’y avait plus de mensonges à raconter. On n’aurait plus rien à se dire ou presque »

« Je ne connaissais que des pauvres, c’est-à-dire des gens dont la mort n’intéresse personne. »

« Avec les mots on ne se méfie jamais suffisamment »

***

Il y a encore 4 romans dont je voudrais vous parler mais je les garde pour la prochaine fois ^^

13 commentaires

  1. Avant de faire des études de droit, tu avais fait des études littéraires ? (Bac L ou S ?)

    Parce que tu as l’air d’adorer la littérature !

    1. Non un très terre-à-terre Bac ES 🙂
      Mais j’ai toujours aimé lire ! Et j’ai l’impression que je n’aurai pas assez de toute une vie pour découvrir tous les livres qui me font envie !

      1. Oui c’est sur II y a tellement de livres à lire qu’il faudrait plusieurs vies pour ça !! Ou comme Bill Nighy dans « il était temps » ;-)))
        Sinon, je me demandais, tu vas trouvé sûrement la question bête et stupide ;-))) Tu as dit que tu seras juriste en Irlande mais comme en Irlande c’est pas le même droit qu’en France, comment ça se passe dans ces cas la ?! Ou bien c’est du droit européen que tu fais ? Voilà je pense que tu vas trouver ma question ridicule et bete mais je suis une vraie ignorante de ce domaine lol

  2. Je suis en train de lire « Voyage au bout de la nuit » et j’ai de plus en plus de mal à le poursuivre car il est trèèèès sombre. Du coup, je fait des pauses « douceurs », je lis d’autres romans (comme Le Petit Prince).

    1. Oui c’est vrai que c’est très cynique. Pas le meilleur bouquin pour se remonter le moral !
      Moment confession : je n’ai jamais lu le Petit Prince…

  3. Ohlàlà, tu viens d’allonger d’un coup ma PAL virtuelle là, je veux tous les lire !!
    J’essaie difficilement de finir tous les livres que j’ai déjà à lire, mais entre ceux qu’on me prête et ceux qu’on m’offre, c’est sans grand succès ^^
    Par contre, pour GOT, je n’ai lu que le 1er tome et je déteste ne pas enchaîner les séries, limite, j’ai envie de le relire ! Mais bon, vu le pavé, je vais essayer de me retenir, à moins d’y être encore en 2016 😉
    Hâte que tu découvres la littérature irlandaise, pour trouver de nouvelles idées 🙂
    Bisous

  4. Merci pour ces suggestions de lecture, je vais sûrement me laisser tenter par le Jonathan Coe.
    Le livre de Donna Tarrt est disponible en français sous le titre « Le Chardonneret ». Perso, j’ai préféré son premier roman « Le maître des illusions ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s