Où manger sur le pouce à Paris : Gontran Cherrier

Après Eric Kayser, Julien , je continue ma découverte des boulangers stars parisiens avec Gontran Cherrier.

Boulanger-pâtissier, auteur de livres de cuisine, présentateur d’émissions culinaires (sur Cuisine TV), difficile de passer à côté de Gontran Cherrier, le beau gosse de la boulangerie (hum, je m’égare). Issu d’une famille de boulanger, Gontran a étudier à l’école de boulangerie et de pâtisserie de Paris avant de faire ses armes à l’Arpège, aux côtés d’Alain Passard, et ensuite au Lucas Carton avec Alain Senderens, avant de partir voyager en Russie et en Roumanie.

Aujourd’hui Gontran Cherrier possède deux boulangeries parisiennes la première au 22 de la rue Caulaincourt (celle où je me suis rendue) et la dernière ouverte en janvier dernier 8 rue Juliette Lamber.

La boulangerie de la rue Caulaincourt est moderne et agréable. Lumineuse, on peut y manger au comptoir avec le journal du jour. Les produits sont tous en exposition derrière la vitrine et on ne sait où donner de la tête !


Outre du pain, du plus traditionnel au plus original comme le pain de seigle au miso, on y retrouve l’offre de boulangerie traditionnelle : sandwichs, pizzas, pâtisseries… Mais avec un petit twist de modernité. Les sandwichs sont présentés façon hamburger avec des “buns” originaux comme le bun à l’encre de seiche d’une étonnante couleur noire et les pizzas généreuses sont en ingrédients frais.


On sent les influences étrangères mêlées à la culture boulangère française et j’aime ça !

Le côté sucré n’est pas en reste non plus : scones,  viennoiseries,  Kouign-amann,  tartelettes amandines,…

Côté salé j’ai longtemps hésité entre une part de pizza (rien que de revoir les photos j’ai envie d’y retourner) et un sandwich. J’ai opté pour un sandwich bun au curry à 5,30€ garni des mesclun, fromage frais et poulet. Le pain était délicieux (à tel point que j’en ai acheté pour plus tard), avec un gout marqué de curry qui ne prend pas le pas pour autant sur le reste. La garniture fraiche et généreuse.


En dessert, petite madeleine de Proust personnelle, j’ai choisi le croissant aux amandes (2€), délicieux, pas radin du tout en garniture !

Une des meilleures boulangeries de Paris selon moi !

10 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s