Expo : Maori au Quai Branly

Je le (re)dis à chaque fois mais le musée du Quai Branly est un de mes musées parisiens préférés, aussi bien que pour son fond permanent que pour la qualité de ses expositions temporaires.

Au moment où je m’y suis rendu il y avait deux expositions à l’affiche : Maori; leurs trésors ont une âme et Samouraï, armure du guerrier. Etant donné le temps d’attente annoncé pour l’expo sur les Samouraï (plus d’une heure), mon choix c’est très vite porté sur la première !

Pas de regret au final car cette expo était très intéressante, d’autant plus que je ne connaissais quasiment rien à la culture Maori.

Cette exposition a été construite en collaboration avec le musée de Nouvelle-Zélande Te Papa Tongarewa et rassemble plus de 250 œuvres extrêmement diverses : sculptures parures, objets du quotidien, objets sacrés ou rituels, éléments d’architectures…

Cette exposition peut en revanche être un peu difficile à aborder dans la mesure où pas mal de concepts sont très éloignés de la culture occidentale (Heureusement, les explications sont très bien faites). Cela sera mon seul regret. Beaucoup d’œuvres sont liées à des notions totalement abstraites qui nécessitent de telles explications que parfois j’ai un peu perdu de vue le lien entre ce que je lisais et ce qui était exposé. (Mais c’est peut être juste moi qui suit un peu limitée intellectuellement !)

Ainsi, Tino rantiraga, concept au cœur de l’exposition signifie : aptitude à choisir sa propre destinée. Ce concept est illustré par trois notions autour desquelles les oeuvres sont présentées :

Whakapapa : Identité et interconnexion. Dans la vision maori du monde, tout est lié – les personnes, l’environnement naturel et les objets animés ou inanimés. Cette interconnexion constitue le Whakapapa. Au sein de la société maori, le whakapapa décrit les liens étroits entre une whanau (famille), son hapu (sous trinu) et son iwi (tribu). Le whakapapa relie aussi une personne à son waka (canot ancestral) et sa whare tupana (maison de réunion ancestrale).

Mana : le Mana est une force, ou qualité spirituelle qui réside dans les personnes, les animaux et les objetc inanimés. Le mana est transmis au whakapapa et s’acquiert par les réalisations de chacun. Les trésors personnels, capes et instruments de musique peuvent être des signes extérieurs de mana et d’identité.

Kaitiakitanga : protection et préservation. Dans la vision maori du monde, tous les éléments (vivants ou inanimés) descendent du Papatuanuku (la terre mère) et de Ranginui (le père-ciel). Les êtres humains font partie de cet ordre natural, dont ils sont également les gardiensCette relation est exprimée au travers du kaitiakitanga.

***

Jusqu’au 22 janvier

5 commentaires

  1. C est vrai aussi que j aime bcp ce musée et j ai adoré l expo on y apprends énormément les supports sont diversifiés… Un musée est fait pour apprendre et découvrir donc si une personne est rebutée parce que c est trop loin de sa propre culture c’est plus que dommage …

  2. Je l’ai vue aussi et, comme toi, je n’ai pas eu le courage d’attendre pour Samouraï !
    Les expos du quai Branly sont bien mais nous avons été un chouillas perdus aussi dans celle-ci 😉

  3. Je confirme que c’est une expo à voir ! J’étais néophyte moi aussi et ne savais pas du tout à quoi m’attendre en y allant, mais le musée (que j’aime beaucoup) et la façon dont était agencée l’expo m’ont séduits autant que la thématique !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s