Mon agenda culturel de Septembre

Un de mes petits plaisirs de la rentrée c’est de noter dans mon agenda toutes mes futures sorties culturelles. Et cette année comme je vais enfin m’installer à Paris j’ai largement de quoi assouvir ma soif culturelle ! Au lieu de vous faire un billet assez indigeste de tout ce que j’ai repéré pour l’année à venir je vous propose un billet mensuel regroupant toutes mes envies. Mais surtout ces billets sont prévus pour que vous me fassiez partager vos coups de coeur ! C’est donc partie pour le mois de septembre !

Les expos :

 – Edvard Munch au Centre Pompidou (du 21/09/2011 au 09/01/2012) : Edvard Munch était pleinement «moderne», c’est la thèse que défend cette exposition, à travers près de cent quarante œuvres. Après l’exposition de la Pinacothèque que j’avais beaucoup aimé, j’ai hâte de voir quelle sera l’approche du Centre Pompidou. 

Pompéi au Musée Maillol (du 21/09/2011 au 12/02/2012) : Un reste de mes années de latin (et bien le seul) c’est mon amour de la culture de l’empire romain.  Cette exposition s’attachera à montrer la modernité de la civilisation romaine, socle et mémoire incontournable de notre culture occidentale. Une domus pompeiana, une maison pompéienne, sera évoquée dans ses pièces les plus célèbres et traditionnelles.

– L’impressionnisme et la mode au Musée d’Orsay (du 18/09/2012 au 13/01/2013) : Prenez deux de mes thèmes artistiques favoris et voilà ce qui sera sûrement une de mes expos coup de coeur de la rentrée !

Beauté, morale et volupté dans l’Angleterre d’Oscar Wilde au Musée d’Orsay (du 13/09/2011 au 15/01/2012) : Cette exposition explore l’ »aesthetic movement » qui, dans l’Angleterre de la seconde moitié du XIXe siècle, se donne pour vocation d’échapper à la laideur et au matérialisme de l’époque, par une nouvelle idéalisation de l’art et de la beauté. 

Des jouets et des hommes au Grand Palais (du 14/09/2011 au 23/01/2012) : Cette exposition, la première consacrée à l’histoire du jouet de l’antiquité à nos jours propose un panorama des modes et évolutions au cours du temps. 990 oeuvres, jouets d’exception ou d’usage, du monde occidental et du japon, y sont passées au crible de l’histoire. Pour la grande petite fille qui sommeille en moi…

Mais aussi : Bohèmes au Grand Palais sur la figure du bohémien et La Cité Interdite au Louvre 

Cinéma :

This must be the place de Paolo Sorrentino (sortie le 24 aout) : Cheyenne est une ancienne star du rock. A 50 ans, il a conservé un look gothique, et vit de ses rentes à Dublin. La mort de son père, avec lequel il avait coupé les ponts, le ramène à New York. Il décide de poursuivre, à travers l’Amérique, la vengeance qui hantait son père. A voir pour la performance de Sean Penn.

La guerre est déclarée de Valérie Donzelli (sortie le 31 aout) : Un couple, Roméo et Juliette. Un enfant, Adam. Un combat, la maladie. Et surtout, une grande histoire d’amour, la leur…

Un heureux évènement de de Rémi Bezançon (sortie le 28 septembre) : Un heureux événement ou la vision intime d’une maternité, sincère et sans tabous.

L’apollonide de Bertrand Bonello (sorti le 21 septembre) : À l’aube du XXème siècle, dans une maison close à Paris, une prostituée a le visage marqué d’une cicatrice qui lui dessine un sourire tragique. Autour de la femme qui rit, la vie des autres filles s’organise, leurs rivalités, leurs craintes, leurs joies, leurs douleurs… Du monde extérieur, on ne sait rien. La maison est close.

Neds de Peter Mullan (sortie le 31 aout) : Glasgow, 1973. Le jeune John McGill est sur le point d’entrer au collège. Garçon brillant, la voie est cependant loin d’être toute tracée pour lui, entre un père violent et les préjugés de ses professeurs qui n’ont pas oublié son frère aîné « irrécupérable », Benny, devenu membre des NEDS. Les NEDS (Non Educational Delinquents), dangereuses petites frappes, font régner la terreur dans les quartiers. La réputation de Benny vaut à John d’être protégé et lui ouvre très vite les portes du gang.

Crazy, Stupid Love de John Requa, Glenn Ficarra (sortie le 14 septembre) : A tout juste quarante ans, Cal Weaver mène une vie de rêve – bonne situation, belle maison, enfants formidables et mariage parfait avec sa petite amie du lycée. Mais lorsqu’il apprend que sa femme, Emily, le trompe et demande le divorce, sa vie « parfaite » s’écroule. Pire, dans le monde des célibataires d’aujourd’hui, Cal, qui n’a plus dragué depuis des lustres, se révèle un modèle d’anti séduction. Passant désormais ses soirées à bouder tout seul au bar du coin, l’infortuné Cal est pris en main comme complice et protégé d’un séduisant trentenaire, Jacob Palmer. Pour l’aider à oublier sa femme et à commencer une nouvelle vie, Jacob tente de faire découvrir à Cal les nombreuses perspectives qui s’offrent à lui : femmes en quête d’aventures, soirées arrosées entre copains et un chic supérieur à la moyenne.

Livres :

Avec la rentrée littéraire, on est servie en ce moment en librairie. Après avoir scrupuleusement épluché les magazines voici les livres pour lesquels je vais surement craquer :

Limonov d’Emmanuel Carrère : Deux ans après le vif succès public et critique rencontré par D’autres vies que la mienne, Emmanuel Carrère a complètement changé de registre pour nous dresser le portrait romancé et flamboyant de l’écrivain ukrainien Edouard Limonov (né en 1945). Une tête brûlée, asocial sous Krouchtchev comme sous Brejnev, grand avaleur de vodka, misanthrope excentrique, auteur de livres sulfureux comme Le poète russe préfère les grands nègres et le Journal d’un raté (traduits jadis en français et promis à une réédition), opposant virulent à Poutine, militant «brun-rouge» et créateur du Parti national-bolchevique, ancien mercenaire aux côtés des Serbes de Bosnie, vagabond à New York puis à Paris dans les années 1970 et 1980.

Freedom de  Jonathan Franzen : Patty a décidé une fois pour toutes d’être la femme idéale. Mère parfaite, épouse aimante et dévouée, cette ex-basketteuse ayant un faible pour les bad boys a fait, en l’épousant, le bonheur de Walter Berglund, de St. Paul (Minnesota). A eux deux, ils forment le couple « bobo » par excellence. En devenant madame Berglund, Patty a renoncé à bien des choses, et d’abord à son amour de jeunesse, Richard Katz, un rocker dylanien qui se trouve être aussi le meilleur ami de Walter. Freedom raconte l’histoire de ce trio, et capture le climat émotionnel, politique et moral des Etats-Unis de ces 30 dernières années, dans une tragi-comédie d’une incroyable virtuosité.

– 1Q84 de Haruki Murakami : Au Japon, en 1984.
C’est l’histoire de deux mondes, celui réel de 1984 et un monde parallèle tout aussi vivant, celui de 1Q84. Deux mondes imbriqués dans lesquels évoluent, en alternance, Aomamé et Tengo, 29 ans tous deux, qui ont fréquenté la même école lorsqu’ils avaient dix ans. A l’époque, les autres enfants se moquaient d’Aomamé à cause de son prénom, « Haricot de soja », et de l’appartenance de ses parents à la nouvelle religion des Témoins. Un jour, Tengo l’a défendue et Aomamé lui a serré la main. Un pacte secret conclu entre deux enfants, le signe d’un amour pur dont ils auront toujours la nostalgie.

ET vous ? 😉

6 commentaires

  1. Cool, j’ajoute à ma propre liste L’impressionnisme et la mode!
    Et je te suggère Cézanne et Paris au Musée du Luxembourg.

  2. Freedom et le dernier Haruki Murakami me tentent beaucoup mais je crois que je vais attendre leur sortie en poche. J’ai acheté les Chroniques de San Francisco grâce à toi, j’attends de le recevoir 🙂

  3. J;ai juste vu Crazy stupid love. et cétait tres bien. J ái ete impressionne je m’attendais a une comedie basique un peu lourde mais c’est plus fin que ca. Et ca mets un grand sourrire! Et sinon je t’envie pour les expos que tu vas aller voir a Orsay!!!

  4. En tant que grande fan d’Haruki Murakami, tu penses bien que je vais me jeter sur son dernier livre. Depuis le temps que j’attends sa sortie (repoussée de plusieurs mois depuis la date initiale) …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s