Mon abécédaire américain

En France, je pensais avoir un bon niveau d’anglais, mais depuis que je suis arrivée aux USA, j’ai compris à quel pont mon anglais était limité. Malgré 12 ans d’anglais, je me mélange encore dans les temps et j’ai toujours autant de mal avec les verbes irréguliers ! La différence est flagrante avec mes potes du nord de l’Europe qui parlent tous parfaitement !

Je me sens tellement plus stupide en anglais ! Il y a des moments où je voudrai dire quelque chose mais à cause de mon manque de vocabulaire je finis par laisser tomber (ou alors je cherche une périphrase mais ce n’est pas toujours évident).

Je pensais progresser, mais depuis mon arrivée ici, j’ai l’impression de faire toujours autant de fautes. Il y a quand même quelques petites choses que j’ai appris… (malheureusement je n’ai toujours pas reussie a completer cet abecedaire mais cela viendra surement !)

A comme »Awesome » : à traduire par « génial », je connaissais deja mais il est beaucoup plus utilisé que je ne le pensais, c’est même devenu une blague récurrente avec des amis.

B comme « Bear » : J’ai réalisé après un mois ici que je prononçait « bear » (l’ours) et « beer » (la bière) exactement de la même façon ! Imaginez la honte lors de mon passage au zoo de Chicago quand je me suis exclamée : « I want to see the beer! » Dans la même veine j’ai quelques difficultés à prononcer distinctement « beach » (plage) et « bitch » (salope)…

C comme « chocolate » : Pendant plusieurs mois, impossible de commander un muffin ou un cookie au chocolat sans que le vendeur me regarde avec des yeux ronds et me fasse répéter. Heureusement, désormais, grâce aux conseils d’un ami je sais qu’on prononce ‘choclate »!

D comme « Douchebag » : insulte tout particulièrement utilisée envers les individus de sexe masculin, le plsu souvent étudiant et qui se comportent comme des conards. Concept un peu difficile à traduire en français, je m’en remet donc au « urban dictinary » : « Someone who has surpassed the levels of jerk and asshole, however not yet reached fucker or motherfucker ».

E comme « entree » : attention lorsque l’on commande au resto : « entree » correspond au plat principal (les entrées elles sont appelées appetizers).

F comme « Florence » (mon prénom) : Au début j’avoue que j’ai un peu eu du mal avec la prononciation américaine de mon prénom, « Flo-reine-ce » (je ne répondais même pas quand on m’appelais). Maintenant ça va beaucoup mieux, d’autant plus que tous mes amis européens m’appelle « Flo »!

G comme « guys » : contrairement à ce que l’on pourrait croire ce mot s’applique aussi bien aux groupes de filles que de garçons. Au départ H et moi on avait un peu du mal quand les gens nous saluait par « See you guys! ». A ne pas traduire par « les mecs » donc qui serait plutôt l’équivalent de « dudes ».

H comme « Homework » : en France, les « devoirs » sont réservés à l’école primaire et au collège, aux USA, même niveau bac+5 vous avez encore des « devoirs »!

I comme « idea » : là c’est la honte, j’arrive plus à me rappeler de mes cours de 5ème et parfois je prononce « idea » come « ID » (pièce d’identité ». Ce qui peut être génant, tout particulièrement dans l’Arizona (« I have no ID » à la place de « I have no idea« )

J

K

L comme « large » : contrairement à ce que je pensais, « large » est beaucoup plus employés que « big », notamment quand il s’agit d’une taille de soda, sandwich,… On peut aussi l’utiliser pour parler des obèses : « large people ».

M

N comme « nerd » : quelle est la différence entre « nerd », « geek » et « dork » ? Pour tout vous dire, même les américains sont un peu perdus ! Pour vous aidez à y voir plus clair voici un petit schéma :

O comme « oatmeal » : (avoine) que j’adore manger mais que je suis incapable de prononcer correctement. Les serveurs me font toujours prononcer 5 fois avant de comprendre…

P comme « pre-game » : tres repandu sur les campus americain il s’agit de pre-soiree, ou  en general on commence a boire at home avant de sortir dans unbar.

Q

R comme « Random » : Pour moi cela se traduisait uniquement par « hasard » mais en réalité ce mot est aussi utilisé dans le sens de « bizarre ».

S comme « sheet » ou « shit » : encore deux mots difficiles à prononcer distinctement et qui vous mettent facilement dans l’embarras…

T comme « ttyl » ou comment j’ai découvert le langage texto américain : il s’agit tout simplement de l’abbréviation de « talk to you latter »

U comme « the U » : diminutif de University of Minnesota.

V comme

W comme « What’s that? » : à utiliser quand vous n’avez pas compris, plutôt familier (l’equivalent de notre « quoi ? »)

X comme « x » « xoxo » : pour signer un mail à la place de « kiss » (mais grace à Gossip Girl, tout le monde connait !)

Y comme « Yurk » et « Yum » : l’equivalent de « beurk » et « miam »

Z comme « zombie » : bon ok c’est pas vraiment un mot que j’ai appris ou qui me pose problème mais j’ai découvert que les américains avaient une étrange obsession avec les zombies…

22 commentaires

  1. Je me reconnais dans pas mal d’expression qui sont monnaie courante à Vancouver, notamment le ‘What’s that?’ que j’essaie désespérément de faire naturellement mais j’ai encore du mal !
    Comme quoi US et Canada anglo sont très proche. En toucas, AWESOME post !

  2. ça me fait penser à mon dernier séjour à Londres où à chaque que l’on ouvrait la bouche en tentant de parler anglais, les dits anglais nous répondait direct en français….
    Moi qui avait un si bon niveau d’anglais au lycée 😦 snif

  3. Excellent ! J’ai lu ton abécédaire avec grand plaisir et espère déjà que tu auras l’occasion de nous en proposer un autre d’ici la fin de ton très long séjour ! J’ai appris plein de petites choses, « douchebag » et « ttyl » seront d’ailleurs utilisés au plus vite, compte sur moi !
    Bisous ma belle.
    Oups, je voulais dire : xoxo !

  4. C’est un plaisir de lire tes aventures au pays de l’Oncle Sam. Tu as toujours quelque chose de sympa à faire découvrir ainsi que de belles illustrations. 🙂

    Bonne continuation

  5. M comme Minnesota non ? 😉
    Et j’aime beaucoup ton schéma décrivant les geeks et nerds ! Je te le piquerai sûrement !

    Mais peut on donc dire qu’une personne intelligente (comme nous le sommes tous ici) et obsédée par faire de bons petits plats est geek ? Car youpi, je suis content de l’être alors ! 🙂

    Et je confirme, les anglophones qui essaient de prononcer nos prénoms ne savent jamais s’y prendre, c’est fou ! Je n’ai jamais pu m’y faire…

    Continue donc d’écrire des articles comme celui ci, c’est toujours un plaisir de te lire ! 🙂

  6. tu ne t’en rends sûrement pas compte parce que tu es dedans, mais je suis sûre que ton niveau s’est largement améliorée depuis ton arrivée! Moi je suis une vraie quiche!

  7. Très amusant et instructif ton abécédaire !!!
    Nous avons tous la réputation en tant que français de ne pas parler correctement anglais, soit, mais je serais curieuse de savoir combien tu as rencontré d’américains (de ton âge) qui parlent bien le français (càd qui auraient le niveau de faire des études en France ?)

  8. Super article !!!
    Le fameux bear et beer ! ahah 🙂 j’ai beau le savoir, je réfléchis toujours à deux fois avant de le sortir. Personnellement je m’en souviens car lors de mes études, une fille avec fait un exposé sur une maison d’édition « les trois ours », et tout le long avait dit « the three beers ». A la fin, gros fou rire du prof ! et c’est là que je l’ai retenu 😉

    Niveau prononciation, j’avoue que c’est méga frustrant quotidiennement (d’ailleurs j’ai une note en stock la dessus aussi). T’arrives, trop fière car tu as ton voca et là tu sors ta phrase et l’américain est là : « O_O ? » Alors tu reprononces ton mot. Non toujours pas. Tu essaie encore cette fois ci en articulant. Non plus. En baragouinant ? Non plus. Avec l’accent français ? Encore non. Tu mimes, tu répètes, tu épèles… Et quand ENFIN l’américain le comprend et le prononce à son tour, t’as envie de crier au monde entier : « raaaaaah mais putain c’est bien comme ça que je l’avais prononcé la première fois, NOOOON ??? » xD ahahahahahah

  9. Salut Florence,

    Je m’appelle Florence, je suis nee a Paris et je vis aux States depuis 3 ans, je suis arrivée un peu avant ton depart.
    J’ai découvert ton blog grace a une amie qui vient de me faire lire ton billet sur les pensées d’une coureuse qui m’a évidement fait rire, parce que j’ai exactement les mêmes pensées.

    Je me sens donc dans l’obligation de t’aider a finir ce billet avec quelques suggestions pour les lettres qui te manquent.

    J comme « Just Kidding » ou « jk » en language texto Américain qui n’est pas très utilisée a l’oral. En revanche « Jesus » est utilise que l’on croit en dieu ou pas, c’est plutôt notre equivalent de « Nom de Dieu » ou « Bordel »

    K comme « Knope », le personnage de Amy Poehler dans une de mes series préférées, Parcs and Recreation, le « K » est évidement silencieux 🙂

    M comme « Muffin top » que l’on appel chez nous les poignées d’amour, et laisse moi te dire que quand t’habite aux states, tu les prends ces poignées…

    Q comme « Quiffing » celui la je vais te le laisser deviner. Je l’ai découvert pendant une partie de Cards Against Humanity, rien que d’y repenser j’en rigole encore. 🙂

    Bonne continuation !!

    -Florence

    1. Merci, merci, merci ! Je pensais que cette liste tait complètement tombée dans l’oublie. Moi même je l’avais il peu zappé !
      Toutes suggestions sont très justes et me rappelle de bons souvenirs de mon année la bas (y compris le muffin top!)
      Je vais aller me renseigner sur le dernier mot !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s