Review ciné

Bouh la honte : je n’ai vu que deux films en un mois… Heureusement, il s’agit de deux bons films !

Le premier, tout le monde l’a vu (ou a lu au moins un article à son propos), il s’agit de The Social Network. Je vous épargne donc le résumé du film, de toute façon le plot n’est pas très compliqué… La façon dont le film est construit en revanche est beaucoup plus intéressante. Plutôt que de se contenter de faire un biopic classique du plus puissant geek du monde, David Fincher donne à cette histoire un aspect dramatique, telle une tragédie grecque : tout d’abord la déception amoureuse, suivie de la vengeance et enfin la gloire. On se croirait presque dans un polar…

Malgré quelques difficultés à comprendre le débit-mitraillette de Jesse Eisenberg sans sous-titres, j’ai été totalement captivée pendant 2heures non-stop. Non seulement le film est brillamment construit, mais l’image est très soignée et les acteurs sont géniaux. Comme beaucoup d’entre vous j’ai craqué sur Andrew garfield qui joue le rôle d’Edouardo, mais il faut reconnaître que Jesse Eisenberg sait se faire détester à merveille ! Bref j’ai adoré !

Le second film que je suis allée voir plus récemment est passé plus inaperçu. Il s’agit de Fair Game avec Noami Watts et Sean Penn.

Synopsis : Valerie Plame, agent de la CIA au département chargé de la non-prolifération des armes, dirige secrètement une enquête sur l’existence potentielle d’armes de destruction massive en Irak.
Son mari, le diplomate Joe Wilson, se voit confier la mission d’apporter les preuves d’une supposée vente d’uranium enrichi en provenance du Niger. Mais lorsque l’administration Bush ignore ses conclusions pour justifier le déclenchement de la guerre, Joe Wilson réagit via un éditorial dans le New York Times déclenchant ainsi la polémique. Peu après, la véritable identité de Valerie Plame est révélée par un célèbre journaliste de Washington. Avec sa couverture réduite à néant et ses contacts à l’étranger en danger de mort, Valerie voit s’effondrer sa carrière et sa vie privée.

Comme seuls les américains savent le faire, Fair Game s’attaque à l’Histoire récente, celle du début de la guerre en Irak et de la prétendue découverte par le gouvernement Bush d’armes de destruction massive en Irak. Si vous cherchez un film d’action à la Angelina Jolie, passez votre chemin, Fair Game est avant tout un thriller politique.

Les acteurs sont évidemment excellents et le film se regarde sans ennuie. Mais peut être parce que Doug Liman a voulu coller à la vérité (l’affaire palme-Wilson qui deffraya la chronique pendant 5ans), le film manque de rythme (je m’en rend compte tout particulièrement après avoir écrit ma critique de The Social Network).

8 commentaires

  1. J’ai bien aimé The social network,ça m’a surpris!!
    Ca devait être difficile de suivre certaines phrases en anglais de Jesse Einsenberg car il parlait super vite!
    Et c’est vrai qu’Edouardo mmmh il était très mignon 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s